reiki-reikiologie-img

Des repères sur les dérives du Reiki

La méthode non déviée du Reiki

Elaboration de Mikao Usui

Les dérives et déviations du Reiki apparaissent dès la mort de Mikao Usui. Ce maître de méditation japonais consacra toute sa vie à mettre au point une pratique ʺpour rendre l’esprit heureuxʺ. Il y ajouta une approche universelle, transculturelle, et accessible à tous.

Il utilisa ses recherches méditatives et fonda le Reiki à l’âge de 58 ans, en 1922. Cette pratique de connaissances était destinée à l’apprentissage de la mise en place d’un bien-être dans sa vie.

Il nomma sa pratique Reiki. Ce kanji japonais signifie : la force de l’esprit.

Mikao Usui décéda subitement 4 ans plus tard, à 62 ans. Il n’eut pas le temps de répertorier toute sa technique. Il put encore moins mettre en place un enseignement sur la formation de praticiens ou d’enseignants de Reiki. A son décès, il laissait de rares écrits, descriptifs de quelques techniques, sans les explications sur le fonctionnement lié à ces pratiques.

Hormis cela, Mikao Usui ne laissa aucun écrit sur sa pratique de Reiki.

L’après Mikao Usui

Par ailleurs, les élèves du fondateur étaient des médecins et des officiers de marine, non spécialisé en méditation. En l’absence de compréhension, ils déformèrent la pratique du Reiki en supprimant la méditation.

Ainsi, dès le décès du fondateur, ils dévièrent le Reiki d’Usui :

  • Ils gardèrent les positions des mains sur le corps, mais y intégrèrent de nombreuses variantes personnelles, sans lien avec Usui (on touche, on ne touche pas, on ajoute des positions sur d’autres endroits qui n’ont rien à voir avec les positions d’origine, on retourne la personne pour l’allonger sur le ventre et lui toucher le dos…)
  • Ils remplacèrent le travail de méditation par du new age, à savoir : ʺje vais chercher une énergie universelle, magique, dans le cosmos, chez les anges, chez bouddha, chez Mikao Usui, et je la canalise dans l’autre pour que ses problèmes se résolvent tous seuls, ou pour le purifier ou le guérirʺ
  • Ils transformèrent le sens de la pratique : alors que le Reiki d’Usui apaisait le mal de vivre, ils affirmèrent que le Reiki d’Usui était en lien avec une médecine, faite pour soigner des maladies.

Cela entraîna très vite des dérives, parfois sectaires et non sans danger, qui induire de nombreuses personnes en erreur quant à la pratique du Reiki.

Hayashi et Takata : l’origine des dérives du Reiki

Des écrits furent retrouvés sur le tard. Ils attestent qu’à la mort d’Usui, deux personnes transformèrent cette méthode de science en méthode magique. Il s’agit du médecin japonais Hawayo Hayashi et de l’hawaienne Takata.

Chujiro Hayashi et ses dérives thérapeutiques

Aujourd’hui, il est avéré que Hayashi était dissident d’Usui. Il transforma la pratique en quelque chose qui n’était plus du Reiki. Mais il joua sur le fait qu’il avait connu Mikao Usui pour faire croire que sa pratique était celle d’origine.

Il associa les deux noms, en lignée Usui – Hayashi, et en tant que médecin, fit croire que le reiki était une médecine non conventionnelle. Il l’appela Reiki d’Usui, alors qu’elle n’avait déjà  plus rien à voir avec le fondateur.

Aujourd’hui, des méthodes de reiki se qualifient de reiki traditionnel japonais et misent sur la culture japonaise pour faire croire qu’elles sont authentiques. Quelques exemples : Gendai Reiki, Jikiden Reiki. Mais ces méthodes s’appuient sur la méthode déviée de Hayashi. Elles sont donc des leurres.

Qui était Chujiro Hayashi

Dès 1926, ce capitaine de vaisseau japonais, et médecin, fit du Reiki une pratique de guérison médicale basée sur la transmission d’une énergie de guérison, cosmique, récupérée dans l’univers et donnée à la personne à travers un système d’initiations très lucratif.

Alors que, dans ses écrits qui nous sont parvenus, Mikao Usui parlait ʺd’un long et difficile entraînementʺ pour apprendre le Reiki, Hayashi transforma la durée de formation en quelques jours.

La déviation consistait à réduire un apprentissage de plusieurs années en quelques jours !

Puis Hayashi se suicida à 62 ans… au même âge qu’avait USUI quand il décéda…

En savoir plus sur le pseudo-reiki d’Hayashi

Hawayo Takata

A compter de 1935,  Hawayo Takata contribua à l’essor du reiki sous une forme déviée, de manipulation mentale et de démarche magique.

Qui était-elle ? Originaire d’Hawaï, elle assurait pouvoir parler aux fantômes.

Elle ne connut jamais Usui car elle vint se former au Japon 9 ans après le décès du fondateur. Elle se forma à la pratique déviée d’Hayashi.

Elle revint en Occident en amplifiant le caractère magique de la pratique d’Hayashi. Elle prétendit qu’il s’agissait de reiki pur Usui, et transforma la traduction en ʺénergie universelle de vieʺ.

Tout en continuant à utiliser le mot « reiki », elle développa sa pratique personnelle pour :

  • ressusciter les morts,
  • guérir les cancers, les ulcères, les accidents,
  • et transformer les bijoux en or…

Etant donné qu’elle avait cotoyé Hayashi qui lui-même avait cotoyé Usui, elle renforça la tromperie en parlant de lignée « Takata < Hayashi < Usui ». Sans possibilité de vérification, les moyens de communication avec le Japon étant à cette époque réduits, elle fit croire à tout le monde que de telles choses avaient été écrites par Mikao Usui.

Les preuves

Or, aujourd’hui, les moyens de communication démontrent qu’il n’existe en réalité aucun écrit de Mikao Usui corroborant les affirmations d’Hayashi et de Takata sur le Reiki.

Les écrits de sa très bonne amie de l’époque, Fran Brown, témoignent de ces pratiques de Takata et laissent sous-entendre, à l’aide d’anecdotes, que le caractère magique de la pratique vendue par Takata lui permit de développer un véritable business.

Ces abus ont contribué à développer une mauvaise réputation du Reiki, considéré parfois comme une secte. Le cadre réglementé mis en place par la Fédération française de Reiki Traditionnel a donc pour but de définir strictement  la pratique du Reiki pour mieux éviter les dangers d’une pratique erronée.

Position de la F.F.R.T.

Christian Mortier, président de la F.F.R.T., a suivi la formation Takata, issue d’Hayashi, au début des années 1990. En cherchant à vérifier ce qui était affirmé, il s’est rendu compte de la supercherie.

Reconnaître des dérives du Reiki

Pour reconnaître les dérives et déviations du Reiki, il faut vérifier trois points :

  • Sur la pratique du Reiki en elle-même
  • Sur la formation de Reiki en elle-même
  • Sur la fédération dont sont issus le praticien et / ou l’école de formation

Pratique du Reiki

Il faut vérifier l’origine de la pratique du Reiki proposée par l’école de formation ou dispensée par le praticien : si elle prétend remonter jusqu’à Usui via Hayashi, il s’agit d’une dérive du Reiki !

Formation de Reiki

Il faut vérifier ce qui fait la validité de la formation proposée par l’école de formation ou la validité de la formation du praticien :

  • parcours professionnel réel,
  • validité de sa formation professionnelle,
  • durée de la formation (1 an en continu, avec un apport de cours sans cesse nouveaux, ou bien 1 à 4 week-ends de formation, répartis sur une longue durée permettant de prétendre que la formation dure un an ?)
  • parcours de ses formateurs,
  • validation de l’école de formation (a-t-elle validé elle-même le caractère professionnel de sa formation ou s’est-elle soumise à un contrôle des personnes mandatées officiellement à cet effet ? Les certificats ou diplômes qu’elle remet sont-ils des bouts de papier sans aucune valeur, si ce n’est la valeur que lui donne l’école auto-proclamée ou le praticien auto-proclamé, ou représentent-ils un label officiel, tel une certification ISO 9001 ou une qualification professionnelle – ISQ-OPQF ou autre ?)

Fédération de Reiki et/ou école de formation

Il faut vérifier quels praticiens de Reiki et écoles de formation en Reiki regroupent les fédérations. A vouloir regrouper toutes les tendances Reiki, on regroupe aussi les déviations du Reiki.

Il faut vérifier sur les sites internet individuels des praticiens et des écoles regroupés dans les diverses fédérations.

On constate alors que la plupart de ces praticiens et écoles se réfèrent de la « lignée » Usui via Hayashi. Et donc ne font pas de Reiki.

Devant ce constat, on peut se poser beaucoup de questions :

  • sur la volonté de ne pas regrouper des personnes déviant la pratique,
  • sur les moyens mis en œuvre pour vérifier et éviter les dérives,
  • sur les critères permettant de valider les compétences professionnelles et de les uniformiser,
  • sur les exigences même de ces fédérations.

Bref, sur l’éthique même des fédérations ou de ces regroupements.

Rendez-vous sur le site d’informations spécialement dédié